The company was gay, we'd turn night into day.

Archives de Catégorie: Trop de travail

« Vous les français vous gagnez toujours tout, surtout les championats de France. »

Pas cons les stagiaires étrangers.


– Ah non tu cuits pas tes pâtes dans l’eau où tu as cuits tes oeufs!

– Bah pourquoi?

– Tu sais d’où il sort l’oeuf?

– Bah, du frigo.

Les stagiaires c’est comme les chats. C’est des connards.


Hier je n’ai pas eu ma soirée, ce qui implique que mon cher et tendre ne se soit pas lavé.

La messe est dite.


Je travaille dans la restauration. En cuisine. En pâtisserie (Ohlalah c’est trop d’informations!)

Reprenons.

Quel fabuleux monde que celui de la restauration. Tu n’as pas d’amis? Tu vis seul? Tu n’as ni passe temps ni passions? Alors ce milieu est pour toi! Et si tu as un peu de tout ça, tu vas souffrir. En gros, c’est ça. Bon je caricature, il y a aussi des avantages. Quand on est chef. A chaque jour son lot de surprises, contrairement à la prison tu sais quand tu rentres en cuisine mais jamais quand tu en sors. Les journées peuvent paraître interminables.


    LES SERVEURS    

Les serveurs, c’est le seul contact avec le monde extérieur que tu peux avoir pendant un service. On peut tout savoir sur les clients, leurs noms, leurs physiques, leurs manies parce qu’il faut bien l’avouer, la seule distraction que l’on peut avoir c’est la moquerie sur vous, honnêtes clients. Tout d’abord, les réservations. « J’ai pris une réservation Samedi soir au nom de Baudelaire, il a pas voulu m’donner son prénom alors j’croyais qu’il s’moquait d’moi alors j’y ai dit: Et moi je suis Victor Hugo? Et en fait c’tait pas une blague ». Enfin il faut avouer que certains clients n’y mettent pas du leur, si le passage suivant vous rappelle quelque chose, no offense. En plein service, Mister G. vient me voir et me dit, de but en blanc, ses assiettes sales à la main, me regardant droit dans les yeux, plein de sincérité dans la voix: Y a des clients qui viennent d’annuler leur réservation et qui me disent, mot pour mot hein: On pourra pas venir ce soir, on a diarrhée. Et bien mine de rien, ce genre de petites phrases, ça vous embellit un service.
On a droit à tout les détails croustillants sur telle cliente qui est grosse, celle du rang d’à côté qui a les seins refaits, les vieilles qui posent énormément de questions, ceux qui ne sont jamais satisfaits, vous êtes une source d’inspiration!


    LES CUISINIERS    


Etre une fille c’est déjà compliqué mais alors une fille en cuisine, waoooh! Challenge accepted! A peine le seuil de la cuisine franchi que vous êtes jugée (déjà parce que des filles, ils n’en voient pas tant que ça, et que l’emploi du temps d’un cuisinier est si tordu qu’il est plus difficile de vaquer à certaines taches primitives), vient ensuite l’heure du questionnement:
  • Est elle bonne? (oui encore)
  • Est elle drôle? (voir si on est dans la possibilité de sortir des blagues de fesses)
  • Est elle douée?
  • Voudra t’elle rester?
  • Est ce que je lui plais? (Ça, c’est la question bonus)

Le cuisinier est un vieil adolescent, il n’arrive et ne veut pas grandir, il raconte des blagues salaces. Il aime les soirées parce qu’il n’en a que deux par semaines, et avec la brigade, il se sent comme un poisson dans l’eau.

    LES CLIENTS    

Vous tous là, les ronds de cuir! Vous êtes les pires. Vous avez toujours quelque chose qui cloche.

Les gamins. TENEZ LES EN LAISSE! En cuisine, nous n’en souffrons pas tant que ça mais par respect pour les serveurs, un petit geste, un collier et une ficelle et vous les accrochez au pied de la chaise. L’avantage des gamins, c’est qu’ils prennent un menu enfant, c’est pas bien compliqué. Ils mangent vite, c’est parfait. Et l’avantage d’être en pâtisserie, c’est que l’on devient leur héros, genre, je suis la gardienne du chocolat.

Les allergiques. C’est pas de votre faute mais vous nous faites suer! Déjà parce que l’on se sent con quand on doit proposer un produit sans lait, sans oeufs ou sans gluten, c’est qu’on en a pas des masses.Puis quand on est dans le jus et que l’on nous ramène un allergique, on a pas vraiment le temps de réfléchir à ce que l’on pourrait servir, c’est méchant hein? Enfin bon, moi je peux parler.

Les faux gastronomes: « Une viande bien cuite s’il vous plait »BLASPHÈME! Une viande se mange bleue, saignante voire à point mais bien cuite non non non! Ça énerve tout le monde. Je préviens que certains cuisiniers la font même cuire au micro ondes, sous prétexte qu’une telle cuisson est synonyme de manque de gout. 

Les arnaqueurs: Il y a de véritables experts, ces menteurs connaissent la technique. Un client mécontent est un client qui a des chances d’avoir un offert ou un rabais. Il y a les remarques crédibles, la viande mal cuite, gout peu agréable, trop gras, cheveu dans la soupe. Les remarques abusives: gout de rance, produit moisi, périmé et enfin, les remarques dignes d’un roman de science fiction (histoires vraies): « Aaaah! Y a un cafard dans mes pates! »« Si si! Y avait une grosse moisissure dans ma mousse! « « Mais puisque je vous dit que le rat vient de rentrer dans mon sac! »
Les photographes: Je travaille dans une cuisine ouverte qui a vue sur la salle qui elle a vue sur la cuisine (Hey ouais!), et de temps en temps, nous avons des clients qui n’ont jamais vu de cuisine et de cuisiniers dans leur vie alors, ils nous prennent en photo. Dis comme ça, c’est flatteur, oui, mais c’est très perturbant d’avoir quelqu’un devant notre passe plat, qui vous fixe, qui attend votre parfaite position alors que nous bah… on bosse, on se sent pas trop de poser. Surtout que les tenues de cuisine ne sont pas réputées pour être très sexy. Pour les hommes à la rigueur mais pour les filles…

    LE PÂTISSIER    

Le pâtissier, en restaurant, a un rôle tout de même ingrat. Il arrive en même temps ou un peu plus tard que les autres et termine le plus souvent beaucoup plus tard. Pensez à nous! Je sais que l’on prend son temps après le plat pour choisir et digérer un peu mais pensez à celui qui reste seul en cuisine, les lumières éteintes, à ne rien faire. C’est horrible comme sensation. Seul, alone, plus un bruit et on ne fait rien, on attend le verdict. Et pas plus tard qu’hier soir, j’ai attendu 30 minutes, pour rien. (en tout je suis restée seule une heure)  Parce que oui, le pâtissier attend de savoir si vous le voulez votre dessert. Alors merci, au nom de tout les pâtissiers de restaurant, d’arrêter de vous croire chez vous et d’attendre une heure avant de savoir si vous voulez quelque chose!

« Tu diras à ton pelo de se nettoyer le sboub, Dimanche t’as ta soirée. »

– Ah euh… Merci chef!